7 mars 2022

Savez-vous comment naissent les abeilles ?

Dans la colonie, tout le monde est aux petits soins pour que la reine ne manque de rien et que la ponte s’effectue dans les meilleures conditions. Ainsi, l’avenir de la ruche est assuré.

Une reine part, une autre naît…

Au printemps, la reine se met à pondre. Mais quand la colonie d’abeilles devient trop importante, les abeilles ouvrières ne perçoivent plus correctement les phéromones émises par la reine.

Les phéromones… Ces odeurs riches en informations qui jouent en quelque sorte le rôle de messages codés !

Les ouvrières décident donc de construire plusieurs cellules royales, dans lesquelles la reine pondra un œuf. Une nouvelle reine apparaitra !

La vieille reine quittera alors la ruche avec la moitié de la colonie. Il s’agit de l’essaimage !

Vol nuptial et ponte de la reine

Une à deux semaines après sa naissance, la jeune reine, poussée par les ouvrières, quitte la ruche à la recherche de mâles, les faux-bourdons. Lors d’une belle journée ensoleillée, la reine s’accouple en plein ciel avec plusieurs mâles. Une fois fécondée, elle rentre à la ruche. Trois jours plus tard, la ponte commence. 

De l’œuf à la nymphe

Trois jours après la ponte, les larves sortent de l’œuf. Elles sont d’abord nourries en gelée royale, cette nourriture très riche produite par les abeilles grâce à des glandes situées à l’intérieur de leur tête et de leurs mandibules. Les larves reçoivent ensuite un mélange de miel, de pollen et d’eau.

En six jours, leur poids est multiplié par 500 !

Au 8ème jour, les ouvrières ferment les alvéoles en façonnant un opercule constitué de cire, de pollen et de poils. Cette sorte de petit couvercle laisse passer l’air.

La larve tisse alors un cocon de soie et se transforme en nymphe. C’est la métamorphose.

Au 21ème jour, l’abeille déchire l’opercule avec ses mandibules et sort.

Une abeille est née !

6 mars 2022

Connaissez vous bien les abeilles ?

100 millions d’années ! Voila depuis combien de temps les abeilles existent sur terre. Elles étaient donc déjà là quand les dinosaures régnaient sur notre planète !

Comment le sait-on ? C’est simple. On a retrouvé des insectes à rayures dans de l’ambre datant de cette lointaine époque.

Des scientifiques considèrent que l’abeille est apparue plus tôt encore, il y a environ 120 millions d’années. Des végétaux s’appliquaient alors à parfaire leur toute dernière trouvaille : les fleurs !

Et pour cause ! Leur succulent pollen et leur délicieux nectar attiraient les insectes affamés. Or, ces derniers favorisaient la pollinisation, et donc la survie des végétaux.

Au départ, les ancêtres des abeilles ne participaient pas à ces échanges bénéfiques à tous. Il s’agissait vraisemblablement des prédateurs semblables aux guêpes d’aujourd’hui.

 

Nous devons aux abeilles bien plus que leur doux miel. Sans l’aide des petits pollinisateurs, de nombreux végétaux ne pourraient produire ni fruits ni graines. Adieu nos délicieux fruits !

C’est aussi grâce à la pollinisation que nous mangeons de nombreux légumes tels que le concombre ou le poivron. Nous les appelons légumes, mais du point de vue botanique, il s’agit bel et bien de fruits  car ils renferment des graines !

Des graines, nous en consommons aussi. C’est le cas des graines de courge, de tournesol ou de sésame. N’oublions pas le café obtenu à partir des graines du caféier !

Les semences sont aussi indispensables aux agriculteurs pour cultiver leurs champs. Les pollinisateurs jouent donc également un rôle important dans la culture des plantes dont nous ne consommons ni les fruits ni les grains.